22 septembre 2016 0 commentaire

Aux États-Unis, un homme devient stagiaire à 70 ans

Aux États-Unis, un homme devient stagiaire à 70 ans

Fort de ses 35 années d’expériences professionnelles, cet ancien directeur de la communication chez Merrill Lynch a accepté un poste de stagiaire.

Si cette histoire ne vous est pas totalement inconnue, c'est tout à fait normal. En effet, Sally Susman, directrice de la communication du groupe pharmaceutique américain Pfizer, s'est grandement inspirée du film "The Intern" dans sa politique de recrutement de stagiaire. 

Sorti en 2015, "The Intern" ou "Le nouveau stagiaire" en version française, raconte le parcours de Ben, veuf de 70 ans, désireux de reprendre une activité professionnelle. Si le rôle de Ben joué par Robert De Niro ne restera vraisemblablement pas dans les mémoires, l'idée a fait son petit bout de chemin dans l'esprit de Sally.

Devant recruter 25 stagiaires, cette dernière a pris contact avec son ami Paul Critchlow pour lui proposer le même poste que Ben : celui de stagiaire. Le septuagénaire n'est pas n'importe qui, ancien combattant au Vietnam, Paul pourra faire valoir ses 35 années d'expériences. Reporter pour le Philadelphia Inquierer puis porte parole du gouverneur de Pennsylvanie, Paul a ensuite passé 30 ans chez Merril Lynch, une banque d'investissement américaine, dont 15 en tant que directeur de la communication.

À l'instar de Robert De Niro, Paul Critchlow est un homme modeste et ce malgré un parcours remarquable. En effet, il a demandé à être traité de la même manière que ses nouveaux collègues, âgés eux de 19 à 21 ans, partageant le même bureau et la même paye.

Sur leur site, le groupe Pfizer révèle que l'opération a été un franc succès, chaque génération apportant un savoir faire qui lui est propre. En échange des connaissances de Paul dans la relation avec les médias, ses collègues lui ont appris la gestion des réseaux sociaux ainsi que les codes propres à leur génération.

Bien que particulièrement enrichissante, cette expérience ne serait malheureusement pas reproductible en France, puisque si il n'y a pas de limite d'âge pour être stagiaire en France, il faut en revanche bénéficier d'une convention fournie par un établissement qui dispense plus de 200 heures d'enseignement minimum par an. À moins de reprendre les chemins de l'école en même temps qu'une activité professionnelle, nos retraités ne pourront pas vivre l'expérience Paul et c'est dommage.


Source : Le Figaro

Ajouter votre commentaire
Aucun commentaire sur cet article pour le moment.