13 octobre 2015 0 commentaire

Qu’est-ce que la Kakorrhaphiophobie ?

Qu’est-ce que la Kakorrhaphiophobie ?

Derrière ce pseudonyme quelque peu barbare se cache en réalité le nom scientifique de la peur de l’échec.

« L'échec est le fondement de la réussite. » Lao Tseu 

Kakorrhaphiophobie, un mot qui ne parle sans doute pas à grand monde, et pourtant il décrit l'une des craintes les plus répandues, surtout en milieu professionnel : la peur de l'échec.

Peur de l'échec, peur de perdre voir peur de mal faire, nous avons tous été sujets un jour ou l'autre à la kakorrhaphiophobie. Pour les plus atteints d'entre nous, elle peut nous paralyser dans à peu près tout ce que l'on entreprend. Elle tend finalement à nous faire prendre le moins de risque possible tant l'épée de Damoclès que peut-être l'échec nous impacte. Difficile d'échouer lorsque nous n'essayons pas. Comme dit le dicton "qui ne tente rien n'a rien" !

Cependant, la fibre entrepreneuriale est là : envie de créer, idées innovantes, nombre d'entre nous rêvons de devenir notre propre patron. Et c'est bien souvent la peur d'échouer lamentablement qui laisse ces idées au statut de rêves, qu'elles soient bonnes ou mauvaises. D'autre part, le confort qu'apporte un CDI, avec un salaire fixe, des perspectives d'avenir peuvent être plus rassurants par rapport à l'instabilité que peut représenter l'entrepreneuriat et ne participe pas à la mise en place de nouveaux projets.

De plus, selon nos sources, cette kakorrhaphiophobie se rapproche également de la peur de réussir ! Particulièrement en France où la réussite personnelle et professionnelle peut être mal vue et souvent sujette aux jalousies, critiques et autres ragots. Finalement la prise de risques, quand bien même positive, induit forcément un changement radical du mode de vie, potentiellement la cause directe de cette peur de l'échec. Il est bien plus facile de se cacher derrière un confort quotidien acquis que de repartir de zéro.

La peur de l'échec peut également agir après la réussite. Lorsque nous arrivons au bout d'un projet quel qu'il soit et qu'il est couronné de succès, il est parfois très difficile de le voir échouer par la suite, plus dur encore que si nous n'avions rien entrepris au départ.

Alors kakorrhaphiophobie ou peur de réussir, quels sont aujourd'hui les freins à entrepreneuriat ? 



Source : Le Figaro

Ajouter votre commentaire
Aucun commentaire sur cet article pour le moment.